Si vous croyez que faire la queue sous le soleil (ou la pluie) pendant de longues heures, payer la moitié de votre salaire et passer un mois pour collecter la pile de paperasse est la partie la plus difficile pour avoir un visa, alors vous n’avez encore rien vu ! Je vous emmène à travers cet article, faire le tour du monde des visas les plus compliqués à obtenir pour les Tunisiens.


(*) compliqué pour les Tunisiens

10- Uruguay

Probablement la procédure de visa la plus acrobatique que j’ai dû faire. La procédure classique nécessitant un déplacement en Italie, on peut néanmoins faire la demande par e-mail au consulat de l’Uruguay à Paris et essayer de récupérer l’autocollant du visa dans une escale antérieure à votre voyage en Uruguay (Buenos Aires dans mon cas). La liste de papiers à préparer est longue comme le bras. Bonne chance !

Visa pour l’Uruguay

9- Paraguay

OK José Luis Chilavert et Roque Santa Cruz nous ont donné envie de visiter ce pays, qu’on ne savait même pas placer sur carte du monde. Mais savaient-ils combien il est pénible pour un Tunisien d’avoir son visa pour leurs pays ? Sûrement pas ! Premièrement, aucune représentation diplomatique n’existe en Tunisie (je ne suis même pas sûr que les deux pays se connaissent). Ensuite, si votre envie de visiter ce pays coincé au cœur de l’Amérique du Sud est si grande, il va falloir se rendre au Maroc. Et finalement, préparez-vous à faire au moins 2 aller-retour pour récupérer le Visa… Pour le reste, j’espère que le pays du Gran Chaco vaudrait la peine de tous ces efforts.

La Santísima Trinidad de Paraná

8- Swaziland

Si comme moi, vous avez toujours été fascinés par ce petit pays, à moitié enclavé entre l’Afrique du Sud et le Mozambique, sachez que le Swaziland (ou Eswatini) impose un visa d’entrée aux ressortissants Tunisiens. Sans grande surprise, ce minuscule pays ne possède pas de représentation diplomatique en Tunisie. Et à moins de faire un A/R à Addis-Abeba en Ethiopie, pour récupérer ce fameux sésame (le consulat Eswatinien à Addis est le seul habilité à donner des visas aux Tunisiens), vous ne pourrez pas visiter ce magnifique pays !
La seule solution qui reste, est celle de faire la demande auprès d’une mission consulaire en Afrique du Sud (Johannesburg par exemple) aussitôt que vous serez arrivés sur place ; et d’attendre de récupérer le fameux autocollant afin de pouvoir prendre la route.

Passage de frontière entre l’Afrique du Sud et le Swaziland

7- Turkménistan

Le Turkménistan est le plus fermé des cinq pays d’Asie centrale. Il est aussi difficile pour les voyageurs d’y entrer que pour les habitants d’y vivre ! Sachez que les touristes se comptent sur les doigts d’une main. Alors, pourquoi s’y rendre me direz-vous ? Car le Turkménistan regorge de trésors.
Bref, après d’interminables recherches en ligne, je vous livre la recette pour avoir le fameux visa turkmène.

  1. Procurez vous une invitation approuvée par le Service national d’immigration du Turkménistan (ne me demandez pas comment !)
  2. Obtenez un certificat de santé (Bonne chance !)
  3. Préparez la liste de paperasse pour obtenir le visa.
  4. Réservez un séjour d’au moins 5 jours dans la magnifique ville d’Istanbul.
  5. Envolez vous vers la Turquie.
  6. Déposez votre demande de visa au consulat turkmène à Istanbul.
  7. Allez manger un bon kebab Place Taksim ; et faites du shopping au Grand Bazar, le temps qu’on vous appelle.
  8. Récupérez votre visa turkmène.
  9. Voyagez !
Reportage AFP sur le Turkménistan

6- Brunéi Darussalam

Le sultanat de Brunei mérite la médaille d’or pour 2 choses. D’abord la longueur du nom de sa capitale (Bandar Seri Begawan) ; mais aussi pour la difficulté d’avoir le visa pour y entrer. Le microscopique état de l’Asie du Sud-Est (qu’on pourrait visiter en entier en 3 jours), ne possède pas une représentation consulaire en Tunisie. Comment faire donc ?!
D’abord, collectez la liste des documents nécessaires. Ensuite, envoyez ces papiers par courrier sécurisé (avec une enveloppe de retour pré-affranchie, pré-adressée et sécurisée) au consulat Brunéien le plus proche (celui du Caire). Enfin, attendez à ce qu’on vous envoie votre visa par courrier.

Mosquée Omar Ali Saifuddien à Bandar Seri Begawan

5- Tonga

Ce n’est pas bien grave si vous ne connaissez pas Tonga ! Cet “amas” d’atolls polynésien situé en plein océan pacifique, n’a sûrement connu qu’une poignée de touristes tunisiens. Peut-être, parce que le visa pour y accéder est aussi un parcours du combattant. En effet, nos chers compatriotes doivent préparer toute une liste de justificatifs, les envoyer par fax ou par e-mail au département de l’immigration tongien, et se faire envoyer le visa sous forme de lettre à leur adresse (ou e-mail). Bref, les Tonga ce n’est pas pour demain !


4- Papouasie-Nouvelle-Guinée

Le seul “rapport” qu’ont les Tunisiens avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG), est cette photo d’un responsable papou assis à côté du siège réservé à la Tunisie (le gars est parti sûrement fumer une clope.) lors d’une réunion au siège de l’ONU. Pour le reste, je pense que 99,99 % des Tunisiens ne savent pas où se situe ce pays. Faisant partie des derniers pays où le voyage y est hyper difficile, le visa papouasien relève de l’acrobatie. Il faudra d’abord se rendre en Indonésie ou en Belgique et y déposer sa demande. Les papiers requis sont les suivants :

  • Formulaire signé
  • Formulaire complémentaire de santé signé par le demandeur
  • 1 photo de format passeport
  • Copie de l’itinéraire de voyage
  • Le Passeport original
  • Copie de la page bio du passeport
  • Itinéraire du voyage
  • Réservation d’hôtel
  • Frais de visa
Un représentant Papou à l’ONU

3- Corée du Nord

Là par contre, les choses commencent à être intéressantes. Un voyage au pays de l’ami Kim, est le rêve de tout grand voyageur ! Et comment ?! D’abord, le visa : pour obtenir un visa nord-coréen, il faut tout d’abord réserver un voyage à forfait incluant le transport, l’hébergement, les repas, les guides, etc. Ensuite, il va falloir faire le déplacement à Alger (le consulat nord-coréen le plus proche de la Tunisie). Après, il va falloir avoir le visa chinois (car pour entrer en Corée du Nord, il va falloir passer par Pékin.). Enfin, sur place, les touristes (indépendamment de leur nombre) sont soumis à des règles particulières. Ainsi, il n’est pas permis de voyager sans être accompagné par ses guides, les déplacements privés étant interdits. 


2- Afghanistan

Sur la deuxième marche du podium vient l’Afghanistan ! Aucune information ne peut être trouvée sur Internet concernant le visa afghan. Et on peut comprendre pourquoi ! Au pays des mollahs et des talibans, le tourisme est proscrit. La seule information dont je dispose (et qui reste à vérifier), est que tous ceux qui désirent aller à Kaboul (en procédant à un achat de billet) seront soumis à un questionnaire poussé par les agents du ministère des affaires étrangères. Le reste dieu seul sait comment y aller !

https://onestep4ward.com/taking-my-mum-afghanistan-holiday/

1- Erythrée

Depuis son indépendance en 1993, l’Érythrée est devenue un endroit difficile à visiter. L’Ouganda est le seul pays dont les citoyens peuvent entrer en Érythrée sans visa, et seuls les ressortissants soudanais peuvent obtenir un visa à leur arrivée à l’aéroport international d’Asmara. Pour le reste (pour une fois, on est mis dans le même panier que les autres.), obtenir un visa pour l’Érythrée est une tâche onéreuse, impliquant souvent des mois d’allers-retours entre une ambassade érythréenne et le ministère des Affaires étrangères à Asmara.
Dans l’état actuel des choses, un visa pour l’Érythrée reste l’un des plus difficiles à obtenir au monde. Internet regorge d’histoires d’horreur de refus de visa sans explication ou de personnes recevant leur passeport avec un visa le jour de leur départ. Néanmoins, David Miller a trouvé la solution qu’il a décrite dans cet excellent article, que je vous invite à lire.

Visa pour l’Erythrée

0 Comments

Et toi? T'en penses quoi?